Les Faux de Verzy : Balade d’hiver

 

Ce besoin de vide hivernal avant le renouveau.

C’est peut-être le dernier article que je ferai sur cette balade, qui m’est pourtant si précieuse. Comme je l’ai montré dans les précédents articles, c’est un réel apprentissage que la nature m’offre à chaque changement de saison. L’hiver n’échappe pas à la règle.

 

 

C’est d’ailleurs à cette période que mes hêtres tortueux se mettent à nu, dévoilant sans pudeur leur incroyable particularité. La dame qui semblait déçue par le dense feuillage des faux cet été, serait sans doute plus impressionnée aujourd’hui. En hiver, les feuilles flamboyantes de l’automne laissent place à un impressionnant réseau de branches nues. C’est toujours un régal pour mes yeux, complètement séduits par cette chevelure épaisse et ébouriffée.

 

 

Les photos qui vont suivre ne sont peut-être pas celles que vous auriez imaginées pour une balade hivernale, pas de paysage enneigé, pas de blanc immaculé… Bien sûr, j’aurais aimé prendre en photo les faux sous la neige, mais celle-ci comme à son habitude, a bien été timide ici. Alors je vous propose un autre parcours, une autre vision de l’hiver, où les branches sont nues. Où les feuilles, toutes recroquevillées et au reflet rosé, tapissent avec douceur le sol. Où la mousse s’empare des arbres.

 

 

À chaque passage ici, la nature semble me refléter comme un miroir et m’apprendre quelque chose sur moi-même. Mais est-ce elle qui me reflète ou moi qui l’a suit ? Ma vie semble complètement connectée au cycle des saisons, mais en même temps, j’aime trouver des pistes à suivre, parfois des réponses, en observant la végétation.

Alors qu’est-ce qui résonne en moi aujourd’hui? Je dois bien l’avouer, c’est une période un peu inconfortable. J’ai quitté mon appartement, mais je ne suis pas encore dans le nouveau. J’attends avec impatience le grand départ, qui ne cesse d’être repoussé. Ce qui me remue un peu car, pour l’instant, mon matériel est enfermé dans un box et ma collection est sur pause. Alors après une bonne semaine de “flottement”, d’appréhension et de stress, je me dis que c’est une période à envisager différemment, à explorer, à tester ma capacité à ne pas culpabiliser et vivre sereinement le vide, pour mieux rebondir ensuite.

Du néant surgit la matière, du vide naît le plein, de l’obscurité émerge la lumière… Il faut parfois ce temps de calme, où l’on remet tout à plat, pour tout réinventer. Imaginer d’autres choses. Prendre le temps de la réflexion et parfois de l’abandon.

 

 

À l’image de ces feuilles tombées, plaquées au sol, engluées, piétinées et sans couleur, mes idées, mon travail semblent dans le même état. J’ai le sentiment que tout ce que j’ai fait depuis quelques mois, doit être posé au sol, trié, superposé, piétiné, réorganisé, remixé, pour trouver de nouvelles directions et continuer.

Cette balade m’offre une nouvelle forêt d’idées à explorer… Des idées brutes, sans artifice…

 

 

Elle me permet aussi d’observer des rapprochements délicats et inédits.

 

 

Oser les mélanges…

même si c’est un peu le désordre et que ça part dans tous les sens…

 

 

Abandonner certaines choses, pour y voir plus clair, pour aller à l’essentiel…

 

 

Se laisser bercer par les lignes, les courbes, les rencontres, les superpositions ainsi que les vibrations et la douceur ambiante.

 

 

Et puis, de tout ce “désordre”, voir apparaître avec émerveillement les prémices de ce qui va suivre.

 

 

En désordre, nombreuses, tombantes, séparées de leur feuilles colorées, les branches nues des faux s’imposent et contrastent avec le paysage environnant.

 

 

Vue de près, la texture qui se crée est incroyable.

 

 

Autour, si l’on regarde vers le ciel, le dénuement est également présent, à la fois poétique, par cet effet de fine dentelle…

 

 

…et inquiétant, avec ces bras qui s’agrippent au ciel.

 

 

Est-ce la foudre qui tombe, des éclairs qui jaillissent? Ou peut-être une toile qui se tisse…

 

 

Si l’on regarde bien, si l’on étudie de près ce réseau, pas de fragilité ici, mais de la finesse. Pas de faiblesse, mais une force faite d’un réseau si dense de branches qui se croisent. Les motifs sont juste sublimes. La nature nous donne à voir au delà de la création, nous invite dans les méandres de l’origine d’une création. Avant les feuilles, il y a ça, ce réseau fin mais immense et solide. On comprend tout de suite comme il est important de développer ce réseau, cette base, avant toute chose.

Il n’y a pas à aller plus loin pour faire le lien avec ce que je vis. Voilà, c’est ici que résonne en moi la correspondance avec l’hiver. L’automne a été flamboyant pour moi aussi, j’ai fait mes premiers pas dans la création, c’est maintenant le temps du vide, le temps de laisser tomber certaines choses, d’en solidifier et d’en explorer d’autres, comme justement mon propre réseau (interne comme externe), pour “renaître” et me remettre à créer. Il me faut donc accepter et profiter de ce temps particulier.

Puis lorsque ce sera le moment, prendre exemple sur ce déploiement immense, comme un cri qui sort des entrailles de la terre. Une sorte d’énergie monstrueuse et puissante qui s’empare de l’espace.

 

 

J’ai l’impression à ce moment là que l’atmosphère est toute électrifiée, comme une zone dangereuse, à l’énergie indomptable, mais qui m’attire, m’envoûte et m’inspire.

 

 

J’espère avoir l’occasion de revenir au printemps, parce que cela aura, comme vous pouvez l’imaginer, énormément de sens. Mais si ce n’est pas le cas, je remercie la vie de m’avoir fait découvrir ce lieu, c’était une véritable rencontre et prise de conscience, qui j’espère ne restera pas isolée.

Pour voir les faux en été et en automne, c’est par ici et par .

Et s’il y a des lieux qui vous parlent autant et que vous voudriez partager, n’hésitez pas! 🙂

 

RELATED POSTS

4 Comments

  1. Répondre

    Sonia

    27 février 2017

    Comme toujours Gaëlle, de la poésie, de la douceur…je sens aussi un peu de nostalgie, alors, que les faux vous transmettent un peu de leur énergie et leur force pour vous accompagner vers ce nouveau lieu de vie!

  2. Répondre

    Gaëlle

    27 février 2017

    Merci beaucoup Sonia! Effectivement, comme beaucoup d’autres choses, ils m’accompagneront dans cette nouvelle aventure qui arrive. 😉

  3. Répondre

    Sophie

    1 mars 2017

    Toujours aussi bien écrit! Quelle inspiration!

    • Répondre

      Gaëlle

      2 mars 2017

      Merci Sophie! Contente que vous appréciez toujours mon écriture! 😉

LEAVE A COMMENT